Michaël Gillon
Belgique
Prix Balzan 2017 pour les planètes du système solaire et les exoplanètes
Pour sa recherche novatrice et féconde de planètes autour d’étoiles voisines, étape importante sur le chemin de la découverte de signes de vie en dehors de notre système solaire.
Une nouvelle ère dans l’astronomie moderne a commencé en 1995 lorsqu’on a découvert la première planète en orbite autour d’une autre étoile. En 2000, un Prix Balzan a récompensé Michel Mayor pour cette prouesse. Depuis, plus de 3000 planètes extrasolaires ont été repérées. Une caractéristique très intéressante de ces innombrables nouveaux mondes est leur diversité inattendue qui nous fournit une bonne base pour élaborer des théories sur la formation et l’évolution des systèmes planétaires, y compris du nôtre. Pour beaucoup de ces découvertes, Mayor et ses collaborateurs ont utilisé la méthode indirecte qu’ils avaient mise au point, où on observe les effets de la planète en orbite sur le mouvement de l’étoile. Toutefois la plupart de ces planètes ont été découvertes au cours des dix dernières années grâce à l’observation des très petites variations régulières de luminosité de l’étoile lorsque la planète transite devant l’étoile.
Chercheur extraordinairement créatif, Michaël Gillon a contribué de façon fondamentale à la détection et à la caractérisation de nouvelles planètes, en particulier de planètes orbitant autour de petites étoiles voisines, et ayant une taille et une composition comparables à celles de la Terre. Grâce à l’utilisation de télescopes spatiaux placés au-delà de l’atmosphère ainsi qu’à celle de petits télescopes robotiques installés sur la terre, il a réussi à découvrir un grand nombre de systèmes planétaires tout à fait remarquables. Parmi eux, il y en a un qui contient au moins sept planètes de la taille de la terre en orbite autour d’une naine rouge, à quarante années-lumière du Soleil. On estime que trois de ces planètes se trouvent dans la « zone habitable » de l’étoile, zone où il pourrait y avoir de l’eau liquide sur la surface de la planète. Au moyen d’observations spectroscopiques complexes, Gillon a également réussi à obtenir des informations très intéressantes sur les conditions de la surface et l’atmosphère de certaines de ces exoplanètes. Avec ses travaux innovants il a apporté une contribution hautement significative à l’étude des planètes extrasolaires, avec des conséquences fondamentales pour l’astronomie, et il a conforté les hypothèses sur la possibilité de formes de vie en dehors du système solaire.
  • stampa stampa
rimani1
informato
via mail
Scrivi la tua mail