Michael Marmot
Royaume-Uni
Prix Balzan 2004 pour l'épidémiologie
Sir Michael Marmot a apporté une contribution fondamentale à l’épidémiologie en établissant des liens jusqu’ici insoupçonnés entre d’une part la santé et l’espérance de vie, et d’autre part le statut social. Il est à l’origine de l’ère de l’épidémiologie sociale et a préparé le terrain pour le développement d’un concept nouveau de médecine préventive.


Sir Michael Marmot a révolutionné l’épidémiologie en établissant des liens jusqu’ici insoupçonnés entre les inégalités de santé et d’espérance de vie d’une part, et le statut social de l’autre. 
Grâce aux études comparatives qu’il a menées sur des immigrés japonais vivant à Hawaï et en Californie et sur des immigrés du sous-continent indien vivant en Grande Bretagne, Sir Michael Marmot a découvert l’importance que le changement du milieu socio-culturel a sur les habitudes alimentaires, particulièrement l’usage de l’alcool et du tabac, focalisant ses recherches sur les modifications biologiques qui en découlent et qui entraînent l’augmentation observée de la morbidité et de la mortalité par maladies cardiovasculaires. 
Au cours d’une première étude effectuée auprès du personnel des services publics britanniques (Whitehall I), Sir Michael Marmot a observé une tendance à la détérioration de la santé doublée d’une diminution de l’espérance de vie qui va s’accentuant du haut au bas de l’échelle des hiérarchies professionnelles et sociales. Vingt ans plus tard, une nouvelle étude portant sur une population différente (Whitehall II) a confirmé les résultats de la première. En outre, elle a permis d’identifier des facteurs psycho-sociaux liés au manque de contrôle de l’individu sur son environnement professionnel et privé, ainsi qu’une intégration sociale insuffisante, comme principaux facteurs déterminant les disparités de santé observées.
D’autres études à grande échelle menées sur des populations de l’Europe de l’Est avant et pendant la chute du rideau de fer, ont mis en évidence des inégalités de santé semblables, voire plus dramatiques, dépendant du statut social et du degré de contrôle de son propre destin; cela a permis à Sir Michael Marmot de confirmer l’importance des facteurs psycho-sociaux liés au statut social et à un minimum d’autodétermination comme facteurs déterminants de la santé.
Grâce à ses observations et à la rigueur scientifique qui les étaie, Sir Michael Marmot a contribué à la naissance de l’ère de “l’épidémiologie sociale” et a préparé le terrain pour le développement d’une nouvelle conception de la médecine préventive.

  • stampa stampa
rimani1
informato
via mail
Scrivi la tua mail