Russell Lande
Royaume-Uni/États-Unis
Prix Balzan 2011 pour la biologie théorique ou bio-informatique

Pour sa contribution de pionnier au développement et à l’application de la biologie théorique des populations, comprenant le développement moderne de la théorie de la génétique quantitative et l’étude de la dynamique stochastique des populations.


Russell Lande est né aux Etats-Unis en 1951 et a fait ses études à l’université de Californie, Irvine, et à l’université de Chicago avant d’obtenir son doctorat à l’université Harvard. Il a exercé de différentes fonctions académiques auprès des universités de Chicago, de l’Oregon et de Californie, San Diego, et depuis 2007 il est Research Professor de la Royal Society auprès de l’Imperial College London. Il s’est distingué par ses travaux sur la biologie théorique des populations, tant en ce qui concerne la génétique que la dynamique, ainsi que par les applications qu’il en a faites à la biologie de la conservation. Une grande partie de ses recherches initiales était centrée sur la génétique des populations et les caractères quantitatifs déterminés par l’influence d’un nombre élevé de gènes et de facteurs environnementaux. Avant les travaux de Russell Lande, la plus grande partie de la théorie génétique quantitative avait été développée dans le cadre des croisements de plantes et d’animaux. Russell Lande a développé la théorie moderne qui étudie les caractères quantitatifs dans des populations naturelles, montrant en particulier la façon dont on peut modéliser l’action de la sélection naturelle sur des caractères multiples liés. L’utilisation de ce schéma lui a permis de réaliser d’importants progrès dans différents secteurs de la biologie de l’évolution, en particulier ceux de l’évolution de l’histoire de la vie, de la plasticité phénotypique, de la dépression due au non-croisement, et de l’interaction entre sélection naturelle et dérive génétique. Il a montré la façon dont la sélection sexuelle peut produire des caractères excessifs à travers un processus incontrôlable de feedback positif. Dans ses travaux les plus récents il a combiné la génétique des populations et la dynamique des populations, en se focalisant sur les différents types de processus stochastiques dans des populations de dimension finie et sur l’influence que cela a sur les risques d’extinction. Ces travaux ont eu d’innombrables applications et sont à la base des critères modernes de la liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) pour la classification des risques d’extinction; on s’est aussi appuyé sur les témoignages remarquables de Russell Lande pour interpréter et appliquer le US Endangered Species Act, la loi américaine pour les espèces menacées.
  • stampa stampa
rimani1
informato
via mail
Scrivi la tua mail