David Karl
États-Unis
Prix Balzan 2015 pour l'océanographie
Pour ses contributions fondamentales à la compréhension du rôle et de l’importance des microorganismes dans l’océan et du contrôle que ces derniers et le phytoplancton exercent sur les cycles océaniques du carbone, de l’azote et du fer. Ses travaux ont fourni des éclaircissements significatifs sur les changements climatiques.

David Michael Karl est né à Buffalo, New York, en 1950. Il a obtenu son PhD en 1978 à la Scripps Institution of Oceanography de la University of California, San Diego. Il est actuellement professeur d’océanographie à la School of Ocean and Earth Science and Technology, à la University of Hawaii à Manoa, où il dirige aussi le University Center for Microbiological Oceanography: Research and Education. Cet institut figure parmi les plus importants appliquant la biologie moléculaire et la génomique à l’océanographie à grande échelle; c’est aussi l’un des groupes de recherches en océanographie microbienne les plus productifs et novateurs.

Reconnu dans le monde entier pour ses contributions à l’océanographie microbienne, il a appliqué sa profonde connaissance de la biochimie, de la microbiologie et de la génomique à l’étude des écosystèmes de l’océan et des processus globaux. Il est aussi leader dans le développement de nouvelles méthodes dans le domaine de l’écologie microbienne, de l’écologie moléculaire et de la biochimie, ainsi que dans l’analyse des écosystèmes des océans Pacifique et Antarctique. Les recherches dans son laboratoire ont concerné plus particulièrement le cycle du carbone dans l’océan, depuis la production photosynthétique de matière organique jusqu’à la séquestration du carbone en eaux profondes.

Le professeur Karl est renommé pour avoir développé et dirigé des études intégrées à long terme sur les variations chimiques, physiques et biologiques dans le milieu océanique, qui ont conduit à la découverte d’états océaniques stables et alternatifs et de leurs causes probables. En 1988 il a installé dans le Pacifique nord subtropical une station de mesure en pleine mer pour recueillir des données sur les effets du climat sur la structure et la fonction des communautés microbiennes. Ces mesures sont des sentinelles pour avertir de changements perturbants. Cet ensemble de données, auquel la communauté océanographique attribue une immense valeur, a fourni des renseignements sur des changements significatifs à l’échelle de dix ans dans l’écologie microbienne. Ces derniers peuvent être liés à des variations du climat à grande échelle comme le phénomène El Niño et l’oscillation décennale du Pacifique.

Ses travaux ont permis de mieux comprendre pourquoi, comment et quand les océans agissent comme un puits d’absorption ou une source globale de carbone avec des conséquences pour l’acidification de l’océan. Il s’agit là d’une contribution fondamentale pour la science du changement climatique et de son impact sur notre planète.

Il a aussi étudié les processus microbiens dans plusieurs milieux extrêmes dont les zones pauvres en oxygène de la Mer noire, le lac Vostok (sous la glace de l’Antarctique) et autour des cheminées hydrothermales en eaux profondes. Il a examiné en détail les transformations avec intervention microbienne et les mécanismes physiques d’approvisionnement des principaux nutriments du phytoplancton dans l’océan. Ses travaux ont mis en lumière l’existence et l’importance de nouvelles classes d’organismes marins, notamment les archées marines (Archaea marina) trouvées à des profondeurs allant de 200 à 1000 mètres.

David Karl a dirigé un grand nombre d’équipes de recherches et il a joué un rôle important dans la formation de la nouvelle génération de chercheurs. Il est généreux de son temps et il est reconnu comme ayant apporté une contribution inestimable à la communauté océanographique internationale. Les résultats de ses recherches ont été considérables et il a changé pour toujours notre façon de voir la vie dans la mer.
  • stampa stampa
rimani1
informato
via mail
Scrivi la tua mail