Richard Southern
Royaume-Uni
Prix Balzan 1987 pour l'histoire médiévale
Historien médiéval de vaste compétence et de grand renom, Richard Southern a brillamment éclairé l’histoire religieuse et intellectuelle du Moyen Age en Europe en faisant revivre les idées et les principes de personnalités influentes et leurs rapports avec le contexte politique et social de l’époque.

La valeur inaltérable de l’apport de Sir Richard Southern (*1912 - †2001) aux études médiévales repose sur son érudition et sur l’interprétation sensible de la langue, des formes a des conventions de textes et de documents médiévaux de tous genres: philosophiques, ecclésiastiques, juridiques, administratifs et narratifs. Ces textes sont l’expression d’un travail individuel et l’ intérêt de Southern a porté, tout au long de sa carrière, sur d’éminents personnages qui ont profondément influencé les mouvements intellectuels er religieux de leur époque. Ses études sur la correspondance de Saint Anselme culminèrent en 1962 avec l’édition d’Eadmer de son œuvre Ljfe of Anselm mais aussi avec un livre extraordinaire publié l’année suivante, St. Anselm and his Biographer, qui illustre de façon magistrale les trois caractéristiques dominantes de l’œuvre de Southern.

Le premier de ces traits est lié à son infaillible intuition du fait que les généralisations de haut niveau historique dépendent de l’an d’étudier les détails au niveau de la critique textuelle et de la codicologie; la stabilité d’un édifice dépend de ses fondations.

En deuxième lieu, il reconnait que les fondations ne sont qu’un élément de l’édifice. Sa capacité de s’identifier avec les personnes dont il s’occupe lui permet de faire revivre non seulement les circonstances sociales et matérielles de leur vie et de leur travail, mais aussi, ce qui est à la fois plus difficile et plus important, leur vie intérieure, leurs valeurs, leurs raisons et leurs problèmes. Ceci est obtenu sans aucune fausse “modernisation” (qui ne serait pas d’un plus grand secours qu’une “aliénation” désinvolte); il aide le lecteur à comprendre, par exemple, comment la logique rigoureuse de la théologie médiévale pourrait être le fruit de la passion morale à une époque marquée par des situations extrêmes de violence et de piété.

Cette habileté est à la clé de la troisième caractéristique de l’œuvre de Southern, à savoir son intérêt pour l’intégration de la pensée religieuse et juridique dans son contexte politique et administratif a pour les énormes contraintes qui limitèrent une telle intégration. La pluralité des facteurs qui ont déterminé la pensée et la foi au Moyen Age - humains ou naturels, subtils ou primitifs et leur interaction exercent une influence prééminente dans l’œuvre de Southern sur les transformations a l’évolution de l’attitude de l’occident au Moyen âge envers l’Islam et sur les rapports entre l’Eglise et la société laïque.

L’ensemble de ces caractéristiques avaient déjà attiré l’attention, quelques années auparavant, sur son œuvre Making of the Middle Ages (1933) qui exerça une forte influence et fut traduite dans une trentaine de langues. Les historiens furent particulièrement impressionnés par l’habileté du choix, pour l’analyse détaillée, des exemples illustrant au mieux les résultats de plus grande importance. Le modèle adopté par l’auteur a inspiré les plus jeunes historiens et son œuvre récente sur Robert Grosseteste témoigne de la vigueur de son activité de recherche.
  • stampa stampa
rimani1
informato
via mail
Scrivi la tua mail