Brenda Milner
Canada/Royaume-Uni
Prix Balzan 2009 pour les neurosciences cognitives
Pour ses études fondatrices sur le rôle de l’hippocampe dans la formation de la mémoire et pour avoir identifié différents types de systèmes de mémoire
Brenda Milner a été une pionnière dans le domaine des neurosciences cognitives, en révélant le lien entre l’étude du cerveau et celle des fonctions cognitives. Elle a montré le rôle central d’une partie du cerveau, le lobe temporal médian, et plus particulièrement l’hippocampe et les structures qui lui sont associées, dans la formation de la mémoire.
Les découvertes fondamentales de Brenda Milner sont le résultat de l’étude d’un patient, HM qui, en 1953, subit une intervention chirurgicale destinée à contrôler son épilepsie. L’acte chirurgical comprenait l’ablation bilatérale de la plus grande partie de l’hippocampe et des structures associées.

Brenda Milner montra qu’à la suite de l’intervention HM était incapable de se souvenir des événements récents. Mais la chose la plus surprenante dans le cas de HM était que certains aspects de sa mémoire n’avaient pas été affectés par l’intervention. Il gardait le souvenir d’événements survenus dans un passé lointain et il était capable d’apprendre de nouveaux gestes. Ces résultats et d’autres qui ont suivi ont montré que chez l’homme, ainsi que chez d’autres mammifères, il n’y a pas qu’un seul type de mémoire. II faut en particulier distinguer la mémoire à long terme et la mémoire à court terme. HM gardait des souvenirs d’événements survenus longtemps auparavant mais il était incapable de transformer des souvenirs immédiats en mémoire à long terme. Il faut aussi faire une distinction entre la mémoire d’événements, de personnes ou de lieux spécifiques, qu’on appelle la mémoire épisodique, et la mémoire pour des activités motrices, comme par exemple faire du vélo, qu’on appelle la mémoire procédurale. HM pouvait apprendre de nouveaux gestes même s’il n’avait aucun souvenir de les avoir appris : le dommage subi par l’hippocampe affectait sa mémoire épisodique mais non sa mémoire procédurale.
Les innombrables études qui ont suivi les travaux fondateurs de Brenda Milner ont confirmé ces différents types de mémoire. De la même façon sa découverte qu’une partie spécifique du cerveau, l’hippocampe, joue un rôle clé dans la mémoire a eu un impact durable en stimulant une vaste activité de recherche sur le rôle précis de l’hippocampe et des structures associées.
La focalisation d’une grande partie de la recherche sur les maladies neurodégénératives, comme la maladie d’Alzheimer, est étroitement liée aux découvertes de Brenda Milner. Tout comme HM, les patients atteints de démence sont souvent incapables d’acquérir de nouveaux souvenirs alors qu’ils se souviennent d’événements passés. Il existe aussi des preuves que les patients atteints de démence souffrent d’une dégénérescence de l’hippocampe.

En plus de ses travaux sur la structure de l’hippocampe et la mémoire, Brenda Milner a grandement contribué à notre compréhension du rôle d’autres parties du cerveau, notamment du cortex frontal, dans le traitement de l’information. Elle a également étudié la spécialisation des hémisphères gauche et droit du cerveau et les conséquences de lésions spécifiques sur la réorganisation fonctionnelle des hémisphères.
En raison de ses travaux fondateurs qui ont largement contribué au développement des neurosciences cognitives pendant plus d’un demi-siècle, Brenda Milner est particulièrement digne de recevoir le Prix Balzan.
  • stampa stampa
rimani1
informato
via mail
Scrivi la tua mail