Hans Belting
Allemagne
Prix Balzan 2015 pour l'histoire de l’art européen (1300-1700)
Pour sa remarquable contribution à l’étude du visible et de la fonction des images dans le monde occidental. Pour l’originalité de sa démarche interprétative des œuvres d’art au croisement des cultures et des époques. Pour son engagement dans l’étude des langages artistiques et son impact sur la création contemporaine.
Hans Belting est né en 1935 à Andernach (Allemagne). Il a été professeur dans les Universités de Hambourg, Heidelberg, Munich et à la Staatliche Hochschule für Gestaltung de Karlsruhe, dont il est l’un des fondateurs. Il a enseigné également en tant que professeur invité, entre autres, à Harvard, Columbia et au Collège de France, où il était en charge de « la chaire européenne » en 2002-2003. Il est membre de l’ « Ordre pour le Mérite » et membre de plusieurs académies, dont l’Académie des Sciences de Heidelberg. En 2013, il a reçu le Mongan Prize de la part du Centre des Études de la Renaissance de l’Université de Harvard (Villa I Tatti) de Florence. Il est l’auteur d’une œuvre impressionnante, marquant un tournant dans l’histoire de l’art. Ses livres ont été traduits dans une dizaine de langues.

Belting a étudié la fonction des images dans les sociétés européennes, et la relation de l’image de culte à l’essor de l’art pictural. A travers ses ouvrages il a contribué de manière décisive à la compréhension de la culture figurative, en créant des ponts entre l’étude du Moyen Âge et celle des Temps Modernes, entre le monde byzantin et l’art occidental et, plus récemment, entre les théories de la vision du monde arabe et l’éclosion de l’image en perspective à l’époque de la Renaissance. Son champ de recherche va de l’icône byzantine et des « images de culte », au triomphe du « culte de l’art », caractérisant la modernité occidentale. L’apparition de l’image profane et notamment le développement du portrait européen ont été l’un de ses domaines de recherche privilégiés.

Dans l’une de ses études récentes (Florence et Bagdad. Une histoire du regard entre Orient et Occident), il réussit de façon magistrale à cerner le rôle du visible dans le déplacement de paradigme marqué par la Renaissance, en contournant l’ancienne théorie de la perspective comme « forme symbolique » en faveur d’une étude des « techniques culturelles ». Les études de Hans Belting marient avec une grande maîtrise l’herméneutique de l’image et le dépouillement des sources écrites, la profonde connaissance des contextes historiques et la considération attentive et sensible des moyens de transmission du savoir. Son œuvre a eu un impact majeur sur la recherche récente en histoire de l’art. Fait rare dans le contexte des études universitaires, ses écrits ont marqué également la création de certains des plus importants artistes contemporains.
  • stampa stampa
rimani1
informato
via mail
Scrivi la tua mail