Pascale Cossart
France
Prix Balzan 2013 pour les maladies infectieuses: recherches fondamentales et aspects cliniques
Pour ses contributions fondamentales dans le domaine de la biologie moléculaire des bactéries et de leurs interactions avec les cellules hôtes. Ses recherches ont permis des progrès significatifs dans la compréhension des mécanismes qui sont à la base des maladies infectieuses, et elles permettent d’envisager de nouvelles approches pour les combattre.

Pascale Cossart, née en 1948, est une citoyenne française. Elle est professeur à l’Institut Pasteur et dirige l’Unité « Interactions Bactéries-Cellules ». Pascale Cossart est une pionnière reconnue d’une discipline née il y a 25 ans, qui combine les approches moléculaire et cellulaire de la biologie et qu’elle a elle-même appelée « microbiologie cellulaire ». Ses contributions principales sont l’identification d’une série de facteurs de virulence et de stratégies de survie des bactéries, incluant l’explication de mécanismes sophistiqués qui leur permettent d’entrer, de survivre et de se répandre dans les cellules et les tissus. Elle a montré élégamment comment une bactérie vise et franchit les barrières de l’organisme hôte. Elle a également découvert de nouveaux mécanismes qui permettent à la bactérie de freiner la réponse immunitaire innée de l’hôte.
Les recherches de Pascale Cossart ont fait de la bactérie Listeria l’un des micro-organismes les plus étudiés et un modèle de référence dans la biologie de l’infection. Ses découvertes ont révélé la présence des mécanismes communs à d’autres microbes et ont aidé à déchiffrer des énigmes importantes dans la biologie cellulaire. Avec son groupe, elle a d’abord décrit une série de facteurs qui permettent à Listeria d’échapper à la destruction intracellulaire, par exemple en évitant l’internalisation dans une vacuole de la cellule hôte grâce à la production d’une puissante toxine qui forme des pores. Elle a également mis en évidence la présence, dans le micro-organisme, d’une enzyme qui neutralise les sels biliaires pour permettre la persistance de la bactérie dans l’intestin, ainsi que d’autres protéines qui lui rendent possible d’échapper aux défenses immunitaires innées.
Nombre d’avancées dans la pathophysiologie des processus infectieux ont été réalisées par le groupe de Pascale Cossart grâce à une approche novatrice de la biologie cellulaire. Elle a ainsi montré que Listeria et d’autres bactéries provoquent une réorganisation du cytosquelette d’actine et de la membrane de la cellule hôte afin de permettre l’invasion bactérienne. Ces travaux ont inspiré d’autres observations sur les signaux émis par les bactéries et sur leurs manipulations du milieu intracellulaire, pour faciliter l’absorption des microbes par l’organisme hôte.
Les nouvelles techniques et approches originales choisies par Pascale Cossart ont permis de découvrir un grand nombre de voies et de mécanismes utilisés par les agents pathogènes pour rendre l’infection efficace. Ses travaux accroissent nos connaissances de la façon dont les micro-organismes exploitent et détournent les fonctions et défenses de la cellule hôte. Ces résultats favorisent grandement le développement de nouvelles stratégies thérapeutiques.
  • stampa stampa
rimani1
informato
via mail
Scrivi la tua mail