Quentin Skinner
Royaume-Uni
Prix Balzan 2006 pour l’histoire et la théorie de la pensée politique

Pour sa méthodologie innovatrice pour l’étude de l’histoire des idées, sa contribution à l’histoire de la pensée politique et ses réflexions sur la nature de la liberté.

Barber Beaumont Professor of the Humanities à la Queen Mary, University of London, Quentin Skinner est l’un des plus éminents et influents spécialistes contemporains de la pensée politique. Entre la fin des années 60 et le début des années 70, il a élaboré une perspective théorique et philosophique à propos de la nature du discours politique conçu comme un ensemble d’actes de langage et il a insisté sur l'approche contextuelle que doit avoir l'historien dans l'analyse des textes.

Grâce aux instruments méthodologiques de la théorie des actes de langage, Quentin Skinner a développé, dès les années 70, une série de recherches historiques proposant des interprétations nouvelles et originales de la genèse des catégories politiques entre la fin du Moyen-Âge et le début des temps modernes en Europe. Parmi celles-ci, la plus originale et importante reste celle de la genèse de l’idée moderne d’État. Son premier travail fondamental est, dans ce domaine, la monumentale étude intitulée The Foundations of Modern Political Thought, parue en 1978. Les deux volumes de cette oeuvre capitale, consacrés à la Renaissance et à l’époque de la Réforme, sont devenus des classiques de l’histoire de la pensée politique moderne.

En 2002, Quentin Skinner a publié Visions of Politics. Le premier volume de cette somme, Regarding Method, rassemble les contributions à la théorie de l’interprétation de la pensée politique. Le deuxième volume, Renaissance Virtues, retrace l’histoire du Républicanisme en tant que théorie de la liberté et du bon gouvernement entre le 13 e et le 16 e siècle. Enfin le troisième volume, Hobbes and Civil Science, propose une interprétation nouvelle et perspicace de la pensée politique du plus grand philosophe politique anglais, auquel par ailleurs Quentin Skinner avait déjà consacré une étude fondamentale en 1996, Reason and Rethoric in the Philosophy of Hobbes.

Ces dernières années, à partir de l’essai Liberty before Liberalism (1998), qui reproduit la leçon inaugurale du Regius Professor en 1997, Quentin Skinner a élaboré une perspective théorique centrée sur l’idée “néo-romaine” de liberté, entendue au sens républicain, c’est-à-dire comme la liberté des personnes soustraites à la domination arbitraire des autres. Sur le fond du “revival” contemporain du Républicanisme, Quentin Skinner rouvre la querelle classique entre “liberté positive” et “liberté négative”, inaugurée par le célèbre essai d’Isaiah Berlin, tout en introduisant une troisième conception de la liberté entendue comme indépendance susceptible de nous guider, en tant qu’héritiers, dans les dilemmes politiques et sociaux contemporains.

L’engagement permanent de Quentin Skinner dans la recherche et dans la formation, notamment dans le domaine de la théorie et de l’histoire de la pensée politique, s’est toujours doublé d’une importante activité en tant que directeur éditorial et dont les exemples les plus significatifs sont les collections Ideas in Context et Cambridge Texts in the History of Political Thought, publiées par Cambridge University Press.

Quentin Skinner a donné à la recherche contemporaine un nouveau paradigme, ouvrant ainsi des horizons nouveaux à la théorie et à l’histoire de la pensée politique. 

  • stampa stampa
rimani1
informato
via mail
Scrivi la tua mail