Joan Martínez Alier

Espagne

Prix Balzan 2020 pour défis environnementaux: les réponses des sciences sociales et humaines

Pour la qualité exceptionnelle de sa contribution à la fondation de l’économie écologique, son analyse pionnière des relations entre environnement et économies, son approche interdisciplinaire et comparative et son rôle actif dans la promotion de la justice environnementale.

Economiste de grand renom, Joan Martínez Alier a consacré toute sa vie de chercheur au développement d’une approche interdisciplinaire des défis environnementaux, intégrant les sciences sociales et humaines mais aussi les sciences naturelles. Il a été président de l’International Society for Ecological Economics, dont il a été l’un des fondateurs, et il jouit d’une grande réputation en tant que l’un des spécialistes les plus éminents des études sur l’environnement.

Après une maîtrise en économie à l’université de Barcelone en 1961, Joan Martínez Alier a poursuivi ses études au St Antony’s College d’Oxford, à la Stanford University et à l’Universitat Autònoma de Barcelona, où il a été professeur titulaire dans le département d’Histoire économique et où il est actuellement professeur émérite. Il a été membre du Comité scientifique de l’Agence européenne pour l’environnement ainsi que professeur invité dans de prestigieuses universités. Au fil de sa carrière il a développé, au niveau global, une connaissance comparative des problèmes d’environnement et proposé des solutions potentielles ; ce faisant il a su lier plusieurs traditions académiques, tant nationales que régionales, d’une façon extrêmement féconde.

Joan Martínez Alier a développé une approche totalement novatrice de l’analyse des rapports entre économie et environnement. En particulier, il a apporté des contributions fondamentales à la fondation de l’économie écologique en tant que discipline consacrée à la réglementation des activités économiques de façon à promouvoir le bien-être humain, le développement durable et la justice. Dans ses nombreux livres et articles il a analysé en profondeur la relation entre l’économie écologique et l’écologie politique ainsi que le rôle fondamental joué par la justice environnementale. Sa façon d’aborder les conflits environnementaux et la notion d’« échanges écologiques inégaux » est d’une importance capitale. Parmi ses nombreuses publications scientifiques, l’une des plus notables est The Environmentalism of the Poor (Edward Elgar, 2002), traduit en français sous le titre L’écologisme des pauvres : une étude des conflits environnementaux dans le monde (Ed. Les Petits matins, 2014), qui s’appuie sur les expériences de recherche de l’auteur en Inde et en Amérique latine. Dans cet ouvrage, comme dans d’autres, Joan Martínez Alier apporte une contribution originale et fondamentale à la compréhension des conflits écologico-distributifs.

En reconnaissance de sa contribution aux innovations apportées dans les études économiques, il a reçu en 2017 le prestigieux prix Leontief pour l’extension des limites de la pensée économique, en souvenir du Prix Nobel d’économie Vassily Leontief ; Joan Martínez Alier a reçu ce prix pour ses contributions pionnières, tant théoriques qu’appliquées, qui ont intégré au domaine de l’économie les approches écologiques et celles liées au développement et à la justice. Martínez Alier a été aussi très actif en ce qui concerne la diffusion des résultats de ses recherches et la promotion de la justice environnementale. L’Atlas of Environmental Justice, qu’il codirige, est une banque de données en accès libre sur les principaux conflits écologiques et leurs expressions culturelles ; il constitue une ressource très utile tant pour les chercheurs de différentes disciplines que pour les professionnels.


Institut de Ciència i Tecnologia Ambientals (ICTA) de la Universitat Autònoma de Barcelone